Avant de pondre ce billet, je dois d’abord vous dévoiler c’est bien normal, ma vision du consulting. Qu’est-ce qu’être consultant ?

Sur le fond, un consultant est un type, qui donne des leçons, mais qui n’est ni ta mère, ni ton prof, ni un flic, mais un peu tout ça à la fois. En gros, il te regarde bosser, et il copie – colle un rapport sur ce qu’il pense de la façon d’engueuler tes subordonnés, ou de mettre des rendez-vous dans ton agenda.

Alors pourquoi un jeune boutonneux a le droit de te dire que t’es qu’un pauvre con et qu’il faut que tu te tire les doigts du derche, toi, le vieux briscard ? Ben c’est simple, il a un diplôme de lobotomie, qu’il a choppé dans une école supérieure de cranologie (ESC). Vous ne connaissiez pas ces écoles ? Visite guidée dans le cours le plus prisé : Lobotomie Secondaire (cours de deuxième année, dans la chaire Javel La Croix).

« Alors mesdames messieurs, la première chose à savoir pour réaliser une bonne lobotomie, c’est qu’il faut d’abord ne pas avoir peur d’y aller franco. On commence d’abord par un bon coup d’autopromotion, histoire d’ouvrir bien large la boite crânienne. Après, vous avez les mains libres. N’ayez pas peur, ce n’est pas parce que le gars en face est quinze fois plus expérimenté que vous qu’il ne faut pas lui envoyer un bon coup de burin ou un pschitt d’azote liquide droit sur le lobe frontal. De toute façon, le gars, quand vous parlez c’est un légume. Si jamais il résiste, dites que sa réaction est normale et fait partie du processus d’apprentissage, et que ça ne durera pas. Enlevez un peu tout ce que vous trouvez dans son crâne : créativité, imagination, réactivité, courage, audace, et remplacez ça par un ptit cours de GRH de derrière les fagots (« du style management participatif et cercle de qualité, valorisation des individualités,…). Pour finir, n’oubliez jamais de justifier la qualité de votre intervention par une grosse facture bien salée. »

Résultat des courses, des pov’ ti gars diplômés de lobotomie viennent t’exploser le cerval et de dire que bah c’est simple, t’es un gland, et fièrement, font en sorte d’avoir raison en te lobotomisant bien comme il faut. Le pire, c’est que les apprentis consultants font parfois des expériences qui foirent. Evidemment, leurs TD ne font pas exploser une école comme si on manipulait des produits chimiques (vive le tertiaire), mais les conséquences peuvent quand même être significatives. Regardez par exemple les derniers cobayes. Il s’agissait des copains étudiants des apprentis lobotomiseurs. Résultat, tout le monde dans la rue à suivre le troupeau…

Conclusion : Payer du consulting c’est pas bien pour soi, mais si on fait comme Hegel, à considérer le point de vue général, on constate que ça embauche des p’tits gens comme nous, et que donc ça fait baisser le chômage, et que surtout il ne faut pas changer. Bref, camarade manager, t’es con. La lobotomie dans le consulting, c’est ça, c’est t’embrouiller pendant 10 minutes pour finir par te dire que t’es con, et que tu sois enchanté de te trouver d’accord avec ça.

Au passage, vu que vous adorez les extraits de cours, prochainement, vous aurez le droit au cours de vente intitulé « négociation et pratiques sexuelles », avec son fameux « si votre interlocuteur semble sceptique, sortez la vaseline de votre attaché-case ». A bientôt alors…